Gaïa Ecotecture en Irlande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gaïa Ecotecture en Irlande

Message par daniel le Lun 10 Jan - 5:19

Gaïa Ecotecture en Irlande
Par Yvan Saint-Jours

Première parution dans le magazine La maison écologique n° 12, décembre-janvier 2003. Version adaptée exclusive sur Internet. Abonnez-vous

Mai 2003


C'est en Irlande que nous avons rencontré Paul Leech, architecte faisant partie du mouvement Gaïa. Ce groupe promeut une architecture écologique « pour être en harmonie avec la planète, pour la paix de l'âme, et pour la santé du corps ».
Tout un programme qui ne s'arrête pas à la maison individuelle, et qui peut également s'appliquer à l'habitat collectif et même plus…



Gaïa Ecotecture
C'est à Dublin, capitale animée, que nous avons rencontré Paul Leech, seul représentant irlandais du mouvement Gaïa. Ce dernier fut créé en 1983 par un groupe d'architectes novateurs intéressés par une approche écologique globale de la construction. Le groupe possède actuellement un bureau à Oslo, en Norvège, et un autre pied à terre dans le sud de ce pays. Il fut pionnier dans la recherche d'une atmosphère saine à l'intérieur de l'habitat, ainsi que dans la construction à haute efficacité énergétique « respirante » (les réalisations « classiques » d'habitats à haute efficacité énergétique sont quant à elles, des « maisons thermos »).

Aujourd'hui, une douzaine de pays se retrouvent dans les réflexions du groupe Gaïa, quasiment tous de culture anglo-saxone ou nordique, la France n'ayant encore aucun représentant. Pour eux, la maison est un centre spirituel, l'endroit où nous sommes vraiment nous-mêmes. Aussi, une maison saine est-elle un endroit d'échange harmonieux entre l'environnement et la personne. Elle doit être confortable et avoir des effets bénéfiques pour ses habitants sur tous les plans. Un sentiment d'appartenance, de fusion avec la nature est ainsi au cœur de ce qu'ils nomment « la nouvelle écologie », dans laquelle notre planète, entité vivante, s'efforce continuellement de créer et de perpétuer la vie, comme Gaïa, la terre originelle déesse des Grecs.

Les êtres humains ne sont pas les maîtres de la nature, mais font partie intégrante de Gaïa. Il est donc indispensable de coopérer avec la nature, et d'instaurer dans notre vie, et au sein de notre habitat, un bon équilibre entre santé, conservation des ressources et spiritualité.

Quelques exemples de maisons Gaïa conçues par Paul Leech
1 – La maison Kentstown :



La maison de Charles Coughlan à Kentstown dans la région de Meath, au nord de Dublin, est bâtie dans un site superbe, sur les fondations d'un vieux moulin et près d'une cascade. Elle est un mélange harmonieux de pierres « recyclées » issues des ruines du moulin et de vieux bâtiments alentours, et de bois et de verre utilisés pour le solarium à plusieurs niveaux qui s'ouvre sur des terrasses en encorbellement descendant jusqu'à l'étang.

Une partie de la chaleur est collectée dans la serre de façon passive, et est ensuite simplement redistribuée dans le salon, la cuisine et la salle à manger par des fenêtres ouvrant sur cet espace chauffé naturellement.

Le « cœur » de la maison, constitué de pierres maçonnées, sert à la fois de structure porteuse et de masse thermique qui emmagasine la chaleur solaire et la redistribue dans toutes les pièces de vie à l'aide de conduits et de murs pariétodynamiques (circulation d'air chaud dans des murs munis de chicanes).

L'électricité est générée par une turbine hydro-électrique. Le surplus de courant alimente un grand ballon d'eau au rez-de-chaussée. L'eau chaude circule dans un plancher chauffant, qui sert de chauffage d'appoint.

2 – La maison tipi :



Cette maison tipi est l'extension d'un petit cottage situé sur les bords de la rivière Shannon, à l'ouest du pays. Paul Leech a choisi ici une forme très originale, et qui, contre toute attente, s'intègre plutôt bien dans le paysage.

C'est une maison tout en bois construite avec des matériaux sains, et qui utilise la technique des murs « respirants ». La hauteur totale du cône est de huit mètres ; en face sud, on retrouve l'incontournable baie vitrée pour capter l'énergie solaire sur une hauteur de cinq mètres. Cette maison a été construite autour d'un ancien puits qui sert à arroser le jardin (en permaculture) en été, et à fournir les calories nécessaires à la pompe à chaleur pour le chauffage d'hiver. Au centre de la pièce, une cheminée ronde en pierres maçonnées, sert de structure porteuse pour le plancher de l'étage.

3 – La maison taupinière :


Cette maison à ossature bois (en rondins), est recouverte de terre végétale et engazonnée. Elle se trouve face à la mer et à plusieurs îles, dans un environnement de prairies verdoyantes. Autant dire qu'on ne la voit quasiment de nulle part tellement elle se fond dans le paysage.

Du petit bonheur… au grand projet
« Gaïa Architecture en Irlande n'est malheureusement pas représentatif de l'ensemble des normes actuelles de construction irlandaises, tout comme en Angleterre, d'ailleurs » explique Paul Leech. « Dans ces deux pays, les gouvernements se succèdent depuis plus de dix ans et disent qu'il est grand temps d'agir pour l'environnement, mais rien ne passe… Cependant les choses risquent de bouger prochainement, car « il y a de l'eau qui court sous le sol ». On ne la voit pas, on ne l'entend pas, mais le jour où elle jaillira, rien ne pourra l'arrêter. C'est comme une révolution, ça arrive d'un coup, sans prévenir. »

« Je pense qu'il est grand temps que cette folle inflation s'arrête. L'écologie, et par conséquent l'écoconstruction ne peuvent pas voir le jour pendant le « boom ». Or le revers de la médaille de ce « boom » pointe son nez, et c'est un moment propice pour réaliser des projets écologiques et sociaux. »

En effet, le Tigre Celtique (nom donné à l'Irlande en référence aux pays d'Asie du sud-est), qui a vu son économie et son niveau de vie exploser ces dernières années, commence à donner ses premiers signes de faiblesse.

« J'ai arrêté aujourd'hui de faire des maisons individuelles, des « petits bonheurs » (en français dans l'interview). Comme beaucoup de mes confrères, nous avons énormément œuvré dans ce sens durant des années, mais il est pemps de passer à la vitesse supérieure. Cela fait plus de trois ans aujourd'hui que nous travaillons sur un projet d'écosite au nord de Dublin, sur la commune de Laytown, là où se trouve déjà un petit centre pratique sur l'écologie. Le terrain prévu pour ce projet est d'une superficie de 74 hectares, ce qui n'est pas de trop lorsque l'on sait qu'y vivront près de 5 000 personnes.

« Au début, les autorités locales s'y sont complètement opposées », se rappelle Paul, « alors nous sommes allés voir les responsables de la région les uns après les autres, et avons passé un après-midi entier avec chacun d'entre eux à discuter autour d'une tasse de thé. Le résultat fut plutôt positif puisque les cinq représentants du Council (équivalent de nos conseillers régionaux) ont trouvé ce projet excellent et y sont donc tout à fait favorables.

« Aujourd'hui, le terrain appartient à une personne âgée très compréhensive, et qui est heureuse de contribuer à la naissance d'un projet d'avenir. »

Les 74 hectares du site sont découpés en différentes zones de vie ou d'activités : au nord, près de la moitié de la surface est réservée aux entreprises ; au centre, les activités associant des bureaux, de l'artisanat ou de la production pour un quart de la superficie ; au sud enfin, les zones d'habitations, les espaces cuturels, sociaux et communautaires… Bien entendu, tout cela en éco-construction, et pour y développer des activités liées elles aussi à l'écologie.

Les impacts environnementaux (hydrologiques, géologiques…), les impacts visuels, sonores, les contraintes liées aux transports… rien ne semble avoir été oublié pour que le site puisse vraiment s'intégrer dans son environnement.

Ce projet devrait voir le jour très prochainement, et nous ne pouvons que souhaiter à son initiateur une pleine réussite. En espérant qu'il ouvre la voie à des projets similaires en France… et ailleurs.

– Yvan Saint-Jours –

Première parution dans le magazine
La maison écologique n° 12, décembre-janvier 2003. Version adaptée exclusive sur Internet.





Annexe

Adresse : Paul Leech – Gaïa Associates

11 Upper Mount Street

Dublin2 – Irlande

E-mail : paulleech@eircom.net

Crédits photo : Paul Leef et la Maison écologique.



En savoir plus

www.thevillage.ie est un village virtuel sur Internet. C'est un groupe d'une trentaine de personnes qui cherchent un lieu pour s'implanter en Irlande en vue de créer une sorte d'écovillage.

LA CHARTE DE LA MAISON GAIA
(Extrait de « Vivre au naturel » de David Pearson
– Éditions Flammarion, 1992)

A/ Pour être en harmonie avec la planète :

– situation et orientation de la maison pour tirer le meilleur parti des ressources naturelles renouvelables. Utilisation de toutes les formes d'énergies renouvelables… et bannissement des énergies fossiles et nucléaire.

– Utilisation de produits écologiques, non toxiques, ayant un bon écobilan, et n'ayant pas été testés sur des êtres vivants.

– Conception de la maison pour utiliser intelligemment les ressources et les mécanismes naturels complémentaires, si nécessaire avec des systèmes de contrôles efficaces (électricité, chauffage, ventilation…).

– Intégration de la maison dans l'écosystème local (plantations, compost, jardin bio et même en permaculture, utilisation de l'eau de pluie, de WC sans eau…).

– Installation de systèmes pour éviter de polluer l'eau, l'air et le sol.

B/ Pour la paix de l'âme :

– harmonisation de la maison avec son environnement pour l'intégrer à la communauté, à l'architecture, aux dimensions et aux matériaux de l'endroit.

– Participation à chaque phase de la contruction, utilisant ainsi les idées et compétences personnelles de chacun pour obtenir un lieu de vie holistique.

– Choix des formes, des proportions, des lignes harmonieuses afin de créer une maison belle et calme.

– Utilisation des couleurs et des textures pour créer un environnement chromatiques personnel et bienfaisant.

– Situation et conception de la maison de façon à améliorer la vie et favoriser le bien-être de ses occupants (ce que propose le feng-shui, art traditionnel chinois).

– Liaison de la maison à la nature, aux ryhtmes et aux cycles de la Terre, aux saisons et aux jours.

– Création d'un univers apaisant, propice à l'épanouissement de l'esprit et de l'âme.

C/ Pour la santé du corps :

– Création d'un climat intérieur sain, et qui laisse respirer la maison

– Éloignement de la maison des sources de champs électromagnétiques.

– Utilisation de ventilation et de systèmes de circulation de l'air naturels pour avoir une atmosphère saine.

– Conception d'une maison calme, dans un environnement phonique agréable et bienfaisant.

– Utilisation de la lumière naturelle.

_________________
Posté par
Daniel Ricout
Biohabitat Scop
Eco-constructeur
MONTPELLIER
04 67 86 33 12
Email: biohabitat@free.fr
Site: http://biohabitat.free.fr
avatar
daniel
Rang: Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 110
Age : 64
Localisation : MONTPELLIER
Profession : BIOCLIMATICIEN
Centres d'intérêts : Les voyages
Date d'inscription : 04/01/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://biohabitat.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum