Alternatives locales à la globalisation marchande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alternatives locales à la globalisation marchande

Message par daniel le Sam 12 Mar - 2:45

Alternatives locales à la globalisation marchande
http://perso.wanadoo.fr/marxiens/grit/altern.htm

1. Croissance, développement, investissement : retrouver des finalités humaines

Impossible d'empêcher la confusion des mots, leur détournement, leur perte de sens et devant les conséquences de l'aide au "développement", les dévoiements d'un prétendu "développement durable" de pure façade, la mode est de tout confondre, développement et croissance avec le capitalisme lui-même. On ne manque pas d'arguments pour cela, cette dénonciation politique du développement s'imposait donc mais cela n'est pas une raison pour ignorer ce qui différencie les concepts au-delà des réalités qu'ils servent à couvrir.

Dans l'étude des écosystèmes, on distingue clairement ce qui relève d'une croissance purement quantitative (la multiplication de bactéries par exemple) et ce qui relève du développement par complexification, différenciations internes (division du travail), constituant une optimisation énergétique par l'occupation de toutes les niches écologiques. D'un point de vue écologique, s'il est évident qu'on ne peut généraliser notre mode de vie et supporter une croissance quantitative sans limites, le développement local est d'autant plus nécessaire et souhaitable. Reste à savoir de quel développement on parle. Il ne suffit pas de dire qu'il est durable sous prétexte qu'on a créée une taxe supplémentaire sur le pétrole sans arrêter le pillage de nos ressources ni les pollutions.

On ramène toujours le développement à des histoires d'argent, de marchés, aux instruments de mesure biaisés comme le PIB. Oui, le terme est dangereux, galvaudé, trop ambigu. Il n'empêche qu'un développement humain et local est possible, un "développement rural" qui soit une alternative au capitalisme, à sa logique folle de croissance qui nous précipite vers notre perte. La croissance reste la religion générale, hélas, et il n'est vraiment pas facile d'avoir une critique audible d'une croissance attendue par tous comme un cadeau des dieux, ne serait-ce que fiscalement ! Il n'est pas sûr qu'à être plus radical verbalement on soit mieux entendu. On ne rayera pas d'un trait l'économie existante. Il ne suffira pas non plus d'y résister, de la réduire un peu aux marges, nous devons affirmer plutôt qu'un autre développement est possible, au niveau local et régional.

Après avoir défendu la notion, la possibilité, la nécessité d'un développement alternatif, il faut bien avouer que c'est malgré tout un terme non seulement vague mais vide de sens, purement descriptif. Un simple développement signifie une évolution qui se fait sans nous, dont nous sommes les spectateurs passifs, alors que nous devons prendre notre destin en main. En effet, la question n'est pas tant celle d'un développement plus ou moins durable, ni même d'une "décroissance soutenable", mais bien de savoir ce qu'on veut et ce qu'on fait. Ce qu'il faut, c'est substituer à une direction aveugle par l'économie et les "lois du marché", des objectifs humains, politiques ou écologiques, retrouver des finalités humaines qui donnent sens à notre vie sociale, substituer le point de vue à long terme de l'investissement humain à une mesure de la productivité à court terme, substituer nos finalités aux causalités subies, à la modernisation ou la croissance comme unique horizon.

Il ne s'agit donc pas d'un problème technique ou simplement économique d'optimisation des flux et des ressources, ni même de communication mais bien de notre implication dans une finalité collective. C'est la condition des indispensables mécanismes de rétroaction impliquant les acteurs et usagers. Le système ou l'économie ou les marchés, c'est ce qui reste quand la société a perdu sa raison d'être, ses prétentions politiques, quand elle n'est plus humaine et n'a plus de sens. Les systèmes politiques sont sans doute des modèles de système, d'architecture des pouvoirs, et pourtant la politique est d'abord sens (unificateur), théorie de la société, représentation, idéologie, mobilisation collective plus que système fonctionnel ("l'intendance suivra" disait Napoléon). C'est bien un système, mais qui a de la réserve, de l'énergie qui peut être mobilisée par des mots. Cela fait de la politique le domaine clé de l'économie. Amartya Sen a bien montré que l'approvisionnement des populations dépend de caractères politiques et que les famines ne se produisent jamais lorsque les dirigeants partagent le sort des dirigés. Ne partageons-nous pas tous le même sort humain, le même destin planétaire et plus ou moins dramatiquement les dérèglements du climat ? Nous devrons apprendre à maîtriser notre destin, sauver l'avenir et mieux vivre ensemble. Si la question est d'abord politique, il faudra bien aussi changer de logique économique.

2. Le développement local et humain

Ce n'est pas en changeant nos consommations que nous pouvons construire une alternative, ni en faisant de la morale, mais en changeant notre mode de production qui détermine nos modes de consommation. L'alternative à la globalisation financière n'est pas une globalisation politique immédiate mais une reterritorialisation du tissus économique et de la démocratie. S'il faut améliorer les régulations internationales, l'alternative à la globalisation est ici et maintenant la relocalisation de l'économie, ce que j'appelle le développement local et humain mais qu'on peut appeler aussi le développement rural, ce qui n'est pas exclure les villes mais vouloir les déconcentrer, les décongestionner en s'écartant du modèle industriel.

Il faut bien comprendre qu'on ne peut attendre une alternative globale, un changement par le haut, non seulement parce que les conditions politiques en sont introuvables mais surtout parce qu'il faut changer de mode de production et pas seulement l'améliorer à la marge. La construction d'un nouveau mode de production ne peut être immédiat, réalisé sur ordre politique, mais doit être inévitablement lente et progressive, croissant et se développant au sein de l'ancien mode de production à partir d'initiatives locales. Ce n'est pas la seule raison. Si notre but est bien de réinsérer l'économie dans le social, ne pas dépendre de marchés financiers lointains mais pouvoir organiser sa vie, c'est une économie territorialisée qu'il faut reconstituer, municipalisée ou régionalisée comme autrefois on nationalisait. L'économie plurielle doit refaire coexister économie publique et privée. La nation n'est plus le niveau pertinent d'organisation économique, un même pays abrite des régions défavorisées et des "régions qui gagnent". Pour éviter une "délocalisation" d'une région à l'autre il faut s'ancrer dans un territoire régional. Loin d'être une utopie le développement local est déjà la source principale de richesses. Il faut en faire une véritable alternative à la globalisation marchande et au capitalisme qui commence pour Braudel avec l'éloignement des financiers, leur déterritorialisation. Ce que nous devons construire, c'est une économie insérée dans son environnement, à taille humaine et constituée de rapports de face à face, une économie du territoire et donc une économie rurale. Ces alternatives locales ne viendront pas d'ailleurs, c'est à nous de les inventer maintenant. Les difficultés à vaincre sont locales.

Développer une alternative au capitalisme, c'est surtout développer une alternative au salariat, au travail dépendant du capital et mesuré à sa productivité immédiate ou sacrifié au profit des actionnaires. On ne peut faire comme si la transformation du travail n'avait pas déjà eu lieu, exacerbant la contradiction des nouvelles forces productives, intellectuelles et coopératives, antinomiques avec les rapports de productions capitalistes, salariaux et concurrentiels. Le salariat est déjà attaqué de toutes parts, alors même qu'il se généralise, avec pour résultat d'étendre la précarité partout. Il s'agit donc d'abord de donner un nouveau statut au travailleur, qui ne soit plus soumis au capital, et bénéficie d'un revenu garanti ainsi que de toutes les protections sociales sans dépendre d'entrepreneurs privés aléatoires et changeants.
http://perso.wanadoo.fr/marxiens/grit/altern.htm


Dernière édition par le Sam 12 Mar - 2:57, édité 3 fois

_________________
Posté par
Daniel Ricout
Biohabitat Scop
Eco-constructeur
MONTPELLIER
04 67 86 33 12
Email: biohabitat@free.fr
Site: http://biohabitat.free.fr
avatar
daniel
Rang: Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 110
Age : 64
Localisation : MONTPELLIER
Profession : BIOCLIMATICIEN
Centres d'intérêts : Les voyages
Date d'inscription : 04/01/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://biohabitat.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alternatives locales à la globalisation marchande

Message par daniel le Sam 12 Mar - 2:45

Pour cela on peut créer dès maintenant des structures locales d'échanges, de formation et de valorisation des talents de chacun, capables d'assurer un revenu garanti ou bien un emploi protégé à tous. La diversité des situations doit susciter une diversité des réponses ainsi que des initiatives, mais il est possible dès maintenant de créer des coopératives municipales de valorisation des talents et des échanges locaux, utilisant une monnaie locale genre SEL et permettant, au moins dans les grandes agglomérations, de garantir un revenu à tous ceux qui s'y inscrivent, sans exiger aucune contrepartie mais en offrant l'accès à différents services pour développer une activité (formation, conseil, gestion, secrétariat, financement, commercialisation). Bookchin a légitimement insisté sur le fait que des coopératives indépendantes sans soutien municipal étaient soumises aux contraintes du marché et de la rentabilité immédiate, ne pouvant dès lors que se normaliser ou disparaître, alors que le caractère public de la structure permet de créer un marché unifié au niveau local et d'y introduire une "démocratie de face à face". L'essentiel est de laisser toute liberté aux membres de la coopérative, ne pas tomber dans une organisation bureaucratique du travail ou l'exigence de rentabilité à court terme. Il s'agit surtout d'abriter des activités autonomes, un nouvel artisanat qui ne serait pas viable économiquement en indépendant, mêlant programmeurs, intellos précaires, intermittents du spectacle, formation, nouveaux services, avec les exclus du salariat.

Il ne s'agit pas de prétendre que ces coopératives municipales seraient une solution définitive et sans problème. La priorité est de donner un abri contre l'insécurité, ne plus laisser les gens tout seuls et sans moyens. C'est un soutien individuel qu'il faut apporter à chacun, une médiation nécessaire pour que l'information atteigne sa destination, tout le contraire d'un travail forcé, des "ateliers nationaux", mais l'organisation et les compromis doivent faire l'objet d'une discussion démocratique et d'un consensus local, c'est le plus difficile bien sûr. C'est là qu'il faudra combattre pied à pied la tentation du contrôle, du clientélisme et de la contrainte, non seulement abjecte mais contre-productive quand il s'agit d'une production de soi qu'on ne peut évaluer à court terme. Le monde hélas est loin d'être parfait, il ne faut pas sous-estimer les obstacles, les conflits, les ambitions si on veut avoir une chance de les dépasser.

On peut envisager aussi des sociétés anonymes territorialisées bénéficiant d'avantages fiscaux en contre-partie de l'intervention publique dans la gestion et de la garantie d'emploi des salariés. Une partie au moins du financement devrait être assuré par un actionnariat local et protégé (rendement garanti). C'est l'équivalent des nationalisations minoritaires, au niveau local, le but étant d'avoir un actionnaire qui ne soit plus anonyme mais un actionnariat de face à face qui n'est déjà plus le capitalisme soumis au marché financier.

Tout ceci n'est qu'une phase transitoire, préparatoire, expérimentale. C'est le monde qu'il faut sauver du productivisme capitaliste et pas seulement notre petit coin, mais il faut bien commencer quelque part et sans plus attendre. Pour que cela ait un sens et soit "durable", il faut arriver à créer des circuits alternatifs d'entreprises alternatives (commerce, finance, production), utiliser la mise en réseau, montrer que le secteur non concurrentiel est plus adapté que le secteur marchand au développement de la coopération intellectuelle et créative, investir les champs culturel et informatique, mais rien ne se fera tout seul, c'est une bataille à gagner, un projet à réaliser qui dépend de chacun.

3. L'investissement dans la personne : l'avenir retrouvé

Outre le fait que la garantie du revenu ne peut rester au niveau municipal et devrait être prise en charge au niveau national et même européen, il ne faut pas se camoufler la difficulté de mise en oeuvre d'une telle politique de développement humain qui ne juge pas les personnes au profit immédiat qu'on peut en tirer mais investit dans le développement des capacités et la liberté de chacun (pour le plus grand bénéfice de tous). Comme tout changement de logique, celui-ci rencontre des blocages idéologiques violents. Alors qu'on avait fini par se persuader qu'on vivait dans une concurrence généralisée de tous contre tous, voilà qu'il faudrait admettre une coopération généralisée où chacun s'enrichit de la différence des autres ! et surtout où certains semblent payés à ne rien faire pendant que d'autres se tuent au travail. Tout cela paraîtra donc bien utopique alors que c'est plutôt le libéralisme productiviste qui est invivable et complètement irréaliste.

On ne réclame d'ailleurs ici que l'extension des droits de la personne aux droits sociaux, aux moyens de vivre. C'est le passage des droits abstraits à la réalisation d'un droit effectif à l'existence. Le premier des droits concrets à l'existence est bien un revenu garanti, la première liberté est l'autonomie financière (de la femme notamment). Il faut que les "libéraux" abandonnent la conviction qu'il faudrait être affamé pour travailler alors qu'il vaut mieux bien sûr être en possession de tous ses moyens et même pouvoir les développer ! C'est un changement complet de logique par rapport au salariat classique, la productivité à court terme, l'exploitation, puisqu'il s'agit désormais d'investir dans la personne sur le long terme, de développer ses capacités sur toute la vie. Ce n'est plus une logique de redistribution mais bien d'investissement.

Afin de concilier la nécessité d'un revenu garanti avec le besoin d'une activité sociale, ce revenu doit pouvoir être cumulable avec un travail jusqu'à un certain seuil au moins, mais intégré dans le revenu imposable. Il faut joindre encore à ces droits élémentaires, un droit à l'initiative économique (pas à la façon faussement naïve des libéraux), un droit à la valorisation de nos talents, élargissant au plus grand nombre ce qui est réservé pour l'instant aux héritiers des bonnes familles. Plus généralement, il faut défendre un droit à l'assistance mutuelle, au soutien, au conseil, à la formation. Contrairement à l'idéologie individualiste voulant qu'on sache tout faire, non seulement avoir un véritable savoir faire mais encore savoir le faire savoir, il faut défendre une bonne division du travail entre technique et communication, création et marché, favoriser la complémentarité des compétences (l'artiste ne peut être son propre imprésario).

On était habitué à la prédominance du passé, de l'héritage et d'un revenu qui dépendait d'abord du capital accumulé par une lignée familiale, époque du sacré et de l'or, puis c'est la productivité immédiate (marginale) de notre travail individuel qui semblait justifier les écarts de salaire, époque du Droit et de la monnaie de consommation, du fordisme, d'un modernisme absorbé par le présent et le nouveau. Désormais il nous faut regarder l'avenir, investir dans la formation et un destin commun, temps des projets et des cartes de crédit dans un monde globalisé et une économie cognitive. Il nous faut comprendre pour cela que la vie n'a de sens qu'à s'inscrire dans une histoire collective, une continuité des générations. Quel avenir voulons-nous pour nous tous et nos enfants?

Un changement si considérable de logique n'est pas sans précédents mais ne peut être décrété, même démocratiquement. Il n'est possible qu'à être imposé concrètement par les besoins en formation de l'économie informatisée et la demande de créativité du marché de la communication et de l'immatériel, émergence d'une intelligence globale, d'un stade cognitif supérieur qui a bien pour conséquence l'investissement dans la personne mais qui doit saisir politiquement l'ensemble de la société, décidée à défendre l'objectif d'un monde plus humain où nous pourrions mieux vivre ensemble.

Il ne s'agit donc pas de construire un tiers-secteur complétant l'offre marchande ou servant de voiture-balai au marché du travail, ni de se replier dans des associations marginales ou charitables mais bien de politiser l'économie locale, réinsérer l'économie dans le social et la politique, abolir l'autonomie du marché et la séparation du travail et de la vie, sans vouloir pour cela décider de tout mais en développant au contraire l'autonomie de chacun (ce que Amartya Sen, prix Nobel d'économie 1998, appelle le développement humain).

_________________
Posté par
Daniel Ricout
Biohabitat Scop
Eco-constructeur
MONTPELLIER
04 67 86 33 12
Email: biohabitat@free.fr
Site: http://biohabitat.free.fr
avatar
daniel
Rang: Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 110
Age : 64
Localisation : MONTPELLIER
Profession : BIOCLIMATICIEN
Centres d'intérêts : Les voyages
Date d'inscription : 04/01/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://biohabitat.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum