Appel à la commémoration du Programme National Résistance(1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Appel à la commémoration du Programme National Résistance(1)

Message par daniel le Sam 5 Mar - 19:47

Pascale Fourier : Alors je vous rappelle le contexte de la série d’émissions que je vous propose avec des grands résistants. En mars 2004, ils avaient signé, à un certain nombre, une petite dizaine, un appel à la commémoration du 60eme anniversaire du Programme National de la Résistance qui avait été signé le 15 mars 1944 et qui avait amené toute les avancées sociales de la sortie de la guerre, à la Libération.
Et après Raymond Aubrac, après Philippe Dechartre qu’on a pu entendre les deux semaines précédentes, je suis allée voir Maurice Kriegel-Valrimont. Maurice Kriegel-Valrimont, en 1944, était commandant national des Forces Françaises de l’Intérieur et a reçu avec le Général Leclerc et Henri Rol-Tanguy la reddition de Von Choltitz à la libération de Paris. C'est un grand résistant, communiste, au départ en tout les cas, puisque après il a eu quelques petits problèmes avec le PC.... Un grand bonhomme, plein de vie! Il a 90 ans, et je crois que nul mieux que lui ne sait, ne saura nous donner l’espoir! Je vous propose donc d’entendre l’enregistrement que j’ai fait chez lui, avec lui.


Donc la première question que je voudrais vous poser, c’est pourquoi avoir signé cet appel à la commémoration du Programme National de la Résistance ?

Maurice Kriegel-Valrimont : La raison est toute simple, elle est en quelque sorte double.

Le programme du Conseil National de la Résistance, en 44, 45 et même 46, a reçu dans un certain nombre de domaines, et en particulier en matière de sécurité sociale, de retraites, de législation scolaire, d’organisation des grands services publics nationalisés et sur un certain nombre d’autres points très importants, des mesures d’application réelle. Ce programme n’est pas resté un programme. Il est devenu un élément de la vie nationale. Et sur ce plan, cet aspect des choses reste dans la vie sociale de la France. La sécurité sociale est un élément constitutif des rapports sociaux français. Or de la façon la plus évidente la Sécurité Sociale est fille de la Résistance. Toute contestation sur ce point est une sottise.

Alors cela est d’autant plus important à l’heure actuelle qu’un certain nombre de ce qui a été réalisé dans les années de l’immédiate après-guerre est actuellement en voie de suppression. Toute une série des mesures qui ont été acquises à ce moment sont mises en question. Il est donc d’une actualité évidente pour les gens qui ont été dans une certaine mesure les artisans de cette transformation de la vie française, qu'ils sont évidemment concernés par la mise en cause de ce à quoi ils ont participé à l’époque.


Pascale Fourier : Mais certains pourraient vous dire : « Oui, mais il n’y a plus de sous dans les caisses de l’Etat. C’est une nécessité de sabrer la sécurité sociale, les retraites etc! « .

Maurice Kriegel-Valrimont : C’est effectivement ce que l’on dit. Seulement ce que l’on dit est d’une inexactitude hurlante si j’ose dire. Pour une raison qui tombe sous le sens et on est surpris que les gens osent le formuler de cette façon. Pour qui a connu 1944, la situation de 1944, qu’est- ce- que c’est? La plupart des ponts en France sont cassés. Les communications sont très difficiles. Les chemins de fer sont dans une situation extrêmement difficile, compliquée et à refaire. Du charbon il n’y en a guère. De l’énergie il n’y en a presque pas. Prenons ce dernier exemple: si vous comparez l’énergie disponible en 1944 et en 2005, non seulement c’est infiniment plus, c’est un énorme multiple, il n’y a littéralement pas de comparaison possible! L’énergie disponible aujourd’hui par rapport à ce qui est le lendemain de la guerre, c’est des dizaines de fois de plus d’énergie disponible! Ca veut dire que les moyens dont le pays dispose sont infiniment plus importants!

Or ce qui est vrai, c’est que, quand nous avons institué la Sécurité Sociale et toute une série d’autres mesures, il y en a qui nous ont dit : « Vous êtes fous! Le pays est dans une situation lamentable! Tout est à refaire, et pour commencer vous imposez là-dessus un élément supplémentaire de charge!ù! ». Heureusement que nous étions des très jeunes gens et nous avons bousculé ce genre d’objections!

Qu’est-ce que l’Histoire a prouvé ? L’histoire a prouvé que si on est arrivé aux Trnet Glorieuses comme on dit, il est évident que la législation sociale de l’époque a été un élément de stimulation de la machine économique. En d’autres termes, et c’est une chose non discutable historiquement, l’investissement social est un investissement économique formidable ! Non seulement ce n’est pas un frein comme ils le prétendent, c’est le contraire: c’est un accélérateur du développement économique!!. Il n’est pas concevable, - les progrès que l’économie a fait pour arriver entre la fin de la guerre et les 30 glorieuses à la situation que nous avons connue, n’auraient pas été possible sans une législation sociale avancée! C’est vraiment d’une évidence totale. Le monde entier a considéré que la législation sanitaire et sociale de France était la meilleure du monde. Cela n’était pas contesté pendant un grand nombre d’années. Or c’est dans ce cadre que la France a repris une position économique assez remarquable. Donc l’argument tombe de lui-même.

Pascale Fourier : Certains pourraient dire : « Dans le contexte actuel, avec l’Europe, la mondialisation, la compétitivité toujours demandée, on ne peut pas garder des régimes de Sécurité Sociale, de retraites, puisque ça empêche les travailleurs français d’être compétitifs »...

Maurice Kriegel-Valrimont : Dans ce domaine, nous tombons sur le débat de l’organisation actuelle du monde. Si vous vous laissez entraîner sur le terrain des aspects purement techniques, purement économiques, qui sont le type des débats qu’ont les spécialistes entre eux, tous les arguments sont possibles, et leur contraire est tout aussi valable.

Mais où est le vrai débat ? En France, vous avez un élément qui est à peu près clair: dans le cadre de tout ce qui se passe, vous avez un changement de la distribution du revenu national et ce changement est éclatant, il est au détriment des salariés! Ceci n’est à peu près pas contestable. Ca veut dire que, à partir du moment où vous acceptez comme la logique des rapports internationaux, ce que certains appellent le «libéralisme» et que la réalité oblige d’appeler « la loi du profit de l’argent » ou encore plus clairement « la loi du fric », - si vous admettez la loi du fric, il est clair qu’à la limite c’est celui qui est le plus astucieux, y compris pour voler le fric, qui a raison! Se soumettre à cette loi, c’est se soumettre à ce qu’ils appellent les « lois dernières des rapports économiques ». Mais qui est-ce qui a dit que il fallait s’y soumettre ?? ! C’est vrai qu’il y a eu un américano-chinois qui à un moment donné a affirmé à la face du monde que l’Histoire était terminée. C’est d’une telle exagération ! C’est d’une telle sollicitation des faits que, y compris les gens qui sont de cet avis n’osent plus le dire!! Ca veut dire que la réalité finit toujours par trouver son chemin dans l’examen réel des problèmes.

Sur ce plan, la première constatation est que les rapports sociaux dans le monde ne sont pas apaisés. C’est que nous ne nageons pas dans une espèce de paradis où les lois du marché conduisent à une amélioration permanente des choses. Le contraire est vrai. Sur une série de plans, les menaces qui pèsent sur le monde et sur les hommes, le rétrécissement de la planète, son altération, un certain nombre de fléaux qui sont d’une évidence absolue, le fait qu’il est établi que avec un certain nombre de mesures ont pourrait réduire de façon considérable ce qu’on appelle la pauvreté dans le monde, et sur une série de sujets l’incroyable distorsion entre les possibilités d’intervenir et le refus de mettre les moyens en place pour y parvenir montrent que, quand la seule règle est celle du profit, et même du profit immédiat, cela va à l’encontre de l’intérêt commun.
La suite ... http://biohabitat.forumactif.com/viewtopic.forum?t=73

_________________
Posté par
Daniel Ricout
Biohabitat Scop
Eco-constructeur
MONTPELLIER
04 67 86 33 12
Email: biohabitat@free.fr
Site: http://biohabitat.free.fr
avatar
daniel
Rang: Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 110
Age : 64
Localisation : MONTPELLIER
Profession : BIOCLIMATICIEN
Centres d'intérêts : Les voyages
Date d'inscription : 04/01/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://biohabitat.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum