Energie globale des bâtiments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Energie globale des bâtiments

Message par daniel le Ven 25 Fév - 0:09

*Energie globale des bâtiments *_

J'ai l'impression que beaucoup n'essayent pas de voir la globalité du problème, même ceux qui pensent avoir la vérité pour eux, et qu'effectivement, il ne suffit pas de voir_* la somme*_ de _l'énergie grise de production_ *_et_* de _transport_, mais aussi l'énergie utilisée pendant _l'utilisation d'un bâtiment_ et pour sa _destruction_ ainsi que la consommation de _matère première non restituable_, _non réutilisable_, voire _non recyclable_. Et là, je ne parle que des aspects écologiques! N'oublions pas les _aspects sociaux_ et _culturels_ que d'autres sur ce forum et ailleurs mettent en avant et là aussi, il faut en parler!

Plusieurs exemples pour illustrer les raisonnements à mon avis trop faciles et simplistes :

"Le label Minergie en Suisse ne tient compte que de l'utilisation de
l'énergie dans l'habitat et non pour sa construction."

Tenir compte de l'utilisation de l'énergie, c'est déjà beaucoup, et c'est plus important encore que de tenir compte de l'utilisation de l'énergie pour sa construction (mais ça empêche pas !)
Là, je pense me repeter, mais on considère qu'actuellement, c'est entre 60 et 80% de l'énergie qui est dépensée _pendant la_ _durée de vie d'un bâtiment_ donc notamment pour chauffage et de plus en plus refroidissement, environ 20% pour la construction, Donc, l'énergie grise, ca peut au mieux résoudre 20 % ce qui n'empêche pas qu'il faut y travailler. Dans les 20 %, il me semble que c'est encore 20% de transport, ce qui ferait 4% du total.


Fermacell : quand on consommera assez de Fermacell, automatiquement, une usine sera montée près de la consommation. Ne faut-il pas accepter du transport pdt encore 2 ou 3 ans pour que le montage d'une (ou plusieures) usine(s) en France se fasse plus vite ?

La terre (et Akterre) : Nous avons fait de même pour la terre ( surtout les enduits), on nous accusait (parfois plus que vivement) de transporter de la terre d'Allemagne, toujours est-il qu'aujourd'hui on produit plus de la moitié de ce qu'on vent en Rhône-Alpes et que nous travaillons avec deux producteurs dans le nord et le sud-ouest de la France pour démarrer des fabrications d'enduits qui feront toujours moins de km.
Les matériaux en provenance d'Allemagne nous ont permis de valoriser cette technique de la construction en terre avec des matériaux fiables, avec des délais corrects et une grande crédibilité au niveau de la qualité.
Les enduits de couleur en provenance des Pays-Bas ont permis à faire rentrer ce matériau chez des gens qui, sans voir ces enduits de couleur, n'auraient jamais fait (faire) des enduits en terre chez eux.
Les enduits en terre en sacs prêts-à-l'emploi ont permis de faire travailler des maçons, plâtriers, architectes et autoconstructeurs (plus ou moins) "normaux" avec ces matériaux.
Et si on n'utilise pas la terre transportée pour les enduits intérieurs, c'est quoi l'alternative ? La chaux ? cuite à plus de 1000 °? également transportée (comptons 400 km en moyenne par exemple). L'énergie grise des enduits en terre est tout à fait comparable à celle de sable ou de gravier broyé tamisé mélangé, donc de l'énergie mécanique uniquement.

Bien sûr, on peut faire encore mieux, et des fois, on peut utiliser des terres locales. Mais combien de gens ont eu cette idée, et soit ils n'avaient personne pour le leur faire ou leur expliquer, soit ils avaient des terres ne convenant pas du tout à ce qu'ils voulaient faire, soit, simplement, ils ont compté à peu près le temps qu'il leur fallait pour préparer leur terre (extraite avec quel engin transporté sur combien de km...), les difficultés de tamiser des terres collantes humides etc. Ou alors, cherchez de la terre locale pour faire un enduit au 5. étage de votre appartement en plein centre de Lyon ou Paris ?
Et comme généralement, en France, c'est le "tout ou rien", à défaut de faire avec la terre locale, on fait avec du plâtre ou de la chaux (et on ne se pose souvent plus la question du local ou du transporté, ce qui est assez curieux ?)
Mais quand ça marche avec des matériaux locaux, tant mieux! Et il y a heureusement quelques artisans qui savent de nouveau travailler avec des terres locales (Dont certains ont commencé avec nos matériaux ptêts-à-l'emploi - comme quoi il y a plusieurs cheminements...).

Plaques de plâtre : finalement, n'est-il pas plus écologique d'utiliser du gypse-"déchet" de centrales thermiques qui tounent au charbon, qui à priori ne semblent pas forcément plus nocives que le gypse naturel (chimiquement c'est la même chose, mais il en existe des montagnes entières à côté desdites centrales. C'est ce qui se fait au Danemark, aux Pays-Bas etc., moins en France.


Brique monomur : Certes, bcp d'énergie grise souvent additionnée à l'énergie de transport, mais des avantages nets à l'utilisation: confort hydrothermique accru (si il y a des enduits intérieurs à la chaux -ou -mieux - à la terre) qui permet d chauffer un peu moins ainsi qu'un risque fortement réduit de surchauffe d'été et donc un moindre risque d'installation de clim pour consommer aussi de l'énergie (atomique pardon nucléaire) en été.
Mais surtout, l'arivée de la brique monomur me parait très importante en France pour casser la monoculture (si c'est une culture ?) du "traditionnel" parpaing-placo-laine de verre. Il 'y a qu'en France ou _un seul mode constructif_ (qu'il soit bon ou mauvais) a une telle prédominance, comme le nucléaire pour l'énergie, comme les (très) grandes surfaces pour la distribution, etc. (le centralisme des "Louis" et des "Napoléons" doit y être pour quelque chose).

On pourrait discuter aussi de bois non traité de Scandinavie ou des Pays Baltes par rapport à du bois traité "d'en France".

On peut continuer comme ça longtemps, mais ce que je veux dire, c'est que dans le domaine de la construction écologique et - si possible - saine (ce qui, comme beaucoup l'ont souligné, pas la même chose, même si ça peut se recouper)), il n'y a pas de vérités simples, il faut réflechir, écouter, discuter avec un peu plus de calme et de sérénité, laisser les autres trouver leur chemin. Parce qu'il n'y a pas qu'un seul chemin qui mène à Rome ( peut être que Paris n'est pas Rome et que c'est encore différent)

Surtout, il faut effectivement arrêter de casser ceux qui font déjà, pour eux, un grand bout de chemin dans la bonne voie et les encourager à faire mieux.
Entretemps, avançons tous ensemble pour faire toujours plus écologique (sans toujours le dire).

La vraie décision politique serait de toutes façons d'augmenter très nettement l'énergie (toutes les énergies et pas seulement le transport) et de réduire ( je dirai même de supprimer au fur et à mesure) parallèlement et de façon équilibrée les charges sociales en payant l'urssaf, les caisses de retraite et de maladie etc. avec des taxes sur l'énergie et la pollution : résultats: plusss d'investissements pour réduire les consommations d'énergie, moins de délocalisations, plussss de travail mais là.... effectivement, ça devient vraiment politique.


Meilleures salutations les plusécologiques, saines et naturelles possibles

Andreas Krewet
AKTERRE
Enduits et Matériaux en Terre
www.akterre.com

_________________
Posté par
Daniel Ricout
Biohabitat Scop
Eco-constructeur
MONTPELLIER
04 67 86 33 12
Email: biohabitat@free.fr
Site: http://biohabitat.free.fr
avatar
daniel
Rang: Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 110
Age : 64
Localisation : MONTPELLIER
Profession : BIOCLIMATICIEN
Centres d'intérêts : Les voyages
Date d'inscription : 04/01/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://biohabitat.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum