SCOP : UNE REPONSE AUTOGESTIONNAIRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SCOP : UNE REPONSE AUTOGESTIONNAIRE

Message par daniel le Lun 7 Fév - 1:18

Les coopératives ouvrières de Mondragon,



UNE REPONSE AUTOGESTIONNAIRE
A LA MONDIALISATION




Les coopératives ouvrières, ça marche.
…. Et ça marche d’autant mieux si elles sont fédérées en un réseau ayant son propre système de financement.

C’est le cas de MONDRAGON CORPORACION COOPERATIVA (MCC), un groupe industriel de 218 entreprises dont la moitié sont des coopératives, dans les secteurs de la construction, les machines-outils, l’électro-ménager, la distribution, un peu l’agriculture, etc. A l’origine, quelques coopératives à Mondragon au Pays Basque espagnol. En 1959 elles se sont dotées d’une coopérative de crédit, dans l’esprit de mettre les outils économiques au service de l’homme. Ce qui leur a permis d’essaimer. Dans les années 70 elles ont créé un centre de recherche technologique. Ces moyens financiers et technologiques ont été renforcés dans les années 80 pour faire face à la concurrence capitaliste du marché européen et de la mondialisation. MCC est devenu le 7ème groupe d’entreprises en Espagne, et il a maintenant 38 sites de production à l’étranger (France, Grande-Bretagne, Pologne, Brésil, Chine, etc., en tout 14 pays). MCC possède sa propre banque, la Caja Laboral1.
Une petite multinationale, donc, mais dont le fonctionnement n’a rien à voir avec celui d’un groupe capitaliste organisé de haut en bas et commandé par les grands actionnaires. C’est l’inverse : la direction du groupe est élue par un congrès annuel des représentants de toutes les entreprises, c’est-à-dire des travailleurs puisque chaque coopérative est et reste propriété de ses salariés. C’est l’assemblée des travailleurs de l’entreprise qui définit ses orientations et élit sa direction, au suffrage égalitaire : une personne, une voix. L’assemblée des travailleurs élit aussi un Conseil Social, qui joue à peu près le rôle d’un syndicat.

Les travailleurs co-propriétaires

Chaque travailleur possède personnellement une part du capital de son entreprise, qu’il a investie lorsqu’il est devenu sociétaire. Sur cette base il reçoit une part des bénéfices comme un actionnaire (en plus de son salaire). Autrement dit les travailleurs-propriétaires se partagent les bénéfices. Mais une partie de ces bénéfices, dont le montant est décidé par l’assemblée de l’entreprise, doit obligatoirement être réinvestie dans l’entreprise. Ainsi le capital collectif augmente par augmentation de la propriété de chacun. Le reste est empoché par les individus comme intérêts de leur part de capital. Cet intérêt ne dépasse pas 7,5% ; il est donc beaucoup moins lourd pour l’entreprise que les intérêts à 14% ou plus qu’exigent aujourd’hui les actionnaires des entreprises capitalistes sous peine de « licenciements boursiers » ! D’un autre côté, l’investissement dans l’entreprise reste avantageux comparé à d’autres formes d’épargne. Bref, le sociétaire travaille pour lui et pour ses collègues, et pas pour des actionnaires extérieurs, sans compter le plaisir de faire partie d’une collectivité solidaire ! En plus de l’intérêt de base, les salariés sur poste de responsabilité reçoivent une participation aux bénéfices (ou aux pertes éventuelles !) plus ou moins importante selon leur niveau de responsabilité. Enfin le travailleur qui quitte l’entreprise ou part en retraite retire sa part du capital (son apport initial augmenté des dividendes capitalisés) ou la vend à d’autres sociétaires.
L’éventail salarial, initialement de 1 à 3, est actuellement de 1 à 6, afin de rester attractif pour les salariés très qualifiés et d’encadrement. Les salaires ouvriers sont parmi les plus élevés de la profession localement ; les salaires des cadres sont nettement inférieurs à ceux du privé.

Un financement inter-entreprises original

Ce que les coopératives de MCC font mieux que les autres, c’est qu’une partie de leurs bénéfices est d’abord versée à un fonds inter-entreprises du groupe, qui lui va investir cet argent dans les différentes entreprises pour aider à leur développement ou les soutenir en cas de difficulté. Cela permet d’anticiper les restructurations, mieux que ne le ferait une coopérative isolée, et sans faire de dégâts humains ! Il y a aussi un fonds commun pour la formation et un pour la prévoyance sociale. C’est ce dispositif de financement qui donne aux coopératives de MCC les moyens d’être concurrentielles face aux entreprises capitalistes.
Tout cela marche grâce à une éthique de la démocratie d’entreprise et de la solidarité, qui ne s’est pas démentie depuis cinquante ans. Le résultat, c’est un groupe dynamique, qui développe des emplois qualifiés et qui ne laisse personne sur le carreau : les avantages du capitalisme sans ses inconvénients !
En plus, MCC participe au développement local au Pays Basque en concertation avec les pouvoirs publics et finance des œuvres sociales.

Mondragon fait rêver

Chaque année nous voyons fermer des entreprises pourtant viables et utiles dans le tissu économique local, pour la seule raison que les actionnaires demandent le maximum de profit. Un réseau comme celui de Mondragon pourrait proposer aux équipes de salariés menacés par les « licenciements boursiers » de sauver leur emploi en montant une coopérative. Ce n’est pas le choix de MCC : pour eux, le premier critère pour fonder un établissement est sa complémentarité industrielle dans la stratégie de développement du groupe. Mais ce serait sans doute possible, s’il y avait aussi la volonté politique de collectivités locales et l’engagement de banques coopératives existantes.
On pourrait donc imaginer un réseau qui développerait une alternative aux règles du jeu capitalistes. Cela permettrait que l’économie alternative et solidaire ne reste pas cantonnée à des activités peu rentables et au créneau de l’insertion.
On peut aussi s’inspirer du fonctionnement de MCC pour imaginer ce que pourrait être aujourd’hui un secteur d’entreprises autogérées, servant de banc d’essai pour une future réorganisation socialiste de l’ensemble de l’économie. Avec toutefois d’importantes différences : notamment, il vaudrait mieux que le fonds de financement interentreprises soit un service public, plutôt que d’appartenir à un groupe industriel en concurrence avec d’autres2.

Nouveaux défis

L’extension internationale a lancé un défi nouveau aux coopérateurs : pour « jouer dans la cour des grands », MCC a besoin de créer des entreprises-relais hors du Pays Basque et hors de l’Espagne, mais elle ne trouve pas toujours une équipe de travailleurs prête à fonder une coopérative. Dans ce cas le groupe crée une entreprise de type capitaliste, comme ferait une multinationale, et parfois en joint venture. Le résultat est que sur un total de 68260 emplois en 2003 (ils n’étaient que 25322 en 1992), plus de la moitié ne sont pas des coopérateurs … Le groupe étudie actuellement des formules qui permettraient de faire participer les salariés non-coopérateurs à la propriété et à la gestion de l’entreprise. La transformation des entreprises à l’étranger en coopératives n’est pas envisagée pour l’instant, mais n’est pas exclue pour l’avenir.
Au Pays Basque, 20% des salariés des coopératives de MCC ne sont pas coopérateurs … mais ils le deviennent le plus souvent au bout de deux ou trois ans : le groupe les y incite en leur proposant une formation à la gestion.
Autre problème : les ressources financières du groupe ne suffisent pas toujours à apporter aux entreprises les capitaux nécessaires à leur développement. La chaîne de distribution Eroski résout ce problème en émettant depuis 2002 des titres de participation dont la rémunération est fixe et garantie, et qui sont attractifs pour les investisseurs. Ce recours à l’investissement privé crée bien sûr une contrainte financière pour la coopérative, mais ne met pas en danger son autonomie, les investisseurs extérieurs n’ayant pas de pouvoir sur la gestion de l’entreprise. Est donc préservé le principe selon lequel le capital est un moyen au service de l’entreprise et de ses travailleurs, et non l’inverse.

Joël MARTINE, Marseille, novembre 2004

_________________
Posté par
Daniel Ricout
Biohabitat Scop
Eco-constructeur
MONTPELLIER
04 67 86 33 12
Email: biohabitat@free.fr
Site: http://biohabitat.free.fr
avatar
daniel
Rang: Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 110
Age : 64
Localisation : MONTPELLIER
Profession : BIOCLIMATICIEN
Centres d'intérêts : Les voyages
Date d'inscription : 04/01/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://biohabitat.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

SCOP : UNE CRITIQUE DE MONDRALGON

Message par daniel le Lun 7 Fév - 1:49


_________________
Posté par
Daniel Ricout
Biohabitat Scop
Eco-constructeur
MONTPELLIER
04 67 86 33 12
Email: biohabitat@free.fr
Site: http://biohabitat.free.fr
avatar
daniel
Rang: Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 110
Age : 64
Localisation : MONTPELLIER
Profession : BIOCLIMATICIEN
Centres d'intérêts : Les voyages
Date d'inscription : 04/01/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://biohabitat.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum